Où faut-il aller pour se faire draguer ?

Publié le par Lucifer à Paris

se-faire-draguer.jpgIl était plus de minuit quand un mec est venu me demander si j'avais pas envie de l'aller boire un café. Après avoir flippé un peu, j'ai gentiment repoussé ses avances, mais je me suis permise de lui dire qu'un quai de métro désert au milieu de la nuit, c'était pas vraiment l'endroit pour aborder une fille seule. Au-delà de ça, ce mauvais timing soulève une vraie question : où faut-il aller pour se faire draguer. Je veux dire vraiment draguer. C'est devenu tellement rare que j'aimerais bien qu'on me dise où on doit se rendre pour se faire aborder dans les règles de l'art.

 

Dans les transports ? Clairement non. Qu'il soit minuit ou pas. C'est pourtant pas faute d'y passer du temps et d'y croiser quantité de gens, mais faut être honnête, le mec qu'on voit tous les jours, qui nous sourie à chaque fois, ou celui qui ne nous lâche pas des yeux entre deux stations ne viendra jamais nous donner son numéro avant de descendre. Faut donc pas s'attendre à se faire draguer là. Quoique je suis mauvaise langue, y en a quand même toujours un quelque part pour te brancher avec le très éprouvé "Oh Mademoiselle ! Vous êtes charmante"... On peut pas leur reprocher de pas essayer, faut bien reconnaître qu'ils sont persévérents, mais franchement... Pfff...

 

Chez les amis ? Les amis d'amis. Ceux qui organisent des diners. Bref là où on est susceptible de croiser de nouvelles têtes. Le problème c'est que les amis, les amis d'amis, et les autres, sont de plus en plus en couple. A table tout le monde se retrouve deux par deux, sauf les quelques êtres isolés ici et là. Au final, on finit toujours par croiser les mêmes duos, et les mêmes âmes esseulées à qui on ne fait aucun effet et qui ne nous branchent pas du tout non plus.

 

Dans les bars ? C'est quand même the place to be pour draguer et se faire draguer. Enfin je croyais. Sans être un pillier de comptoir, il m'arrive régulièrement d'aller boire un verre dans ces endroits plus ou moins branchés, avec à mes côtés une ou deux copines sexy qui seraient pas contre se faire conter fleurette. Force est de constater que ça n'arrive jamais. Je vais finir par me demander si on n'est pas dans une dimension parallèle, totalement invisibles pour les gens qui nous bousculent sans même s'en rendre compte.

 

En boîte ? Faut voir. Ça dépend quel est son degré d'exigence. Ou de patience. La dernière fois que j'y suis allée, je dois bien reconnaitre que l'échantillon de population masculine à disposition était conséquente. Mais quantité ne veut pas dire qualité. En arrivant, j'ai eu peur de m'être trompée d'adresse et d'avoir atterrie à la fête du lycée, et puis au fur et à mesure que les heures passaient le dancefloor s'est transformé en terrain de chasse pour quincagénaires en quête de chair fraîche. Mais j'avoue, je me suis fait accoster par un Australien. Blond, les yeux bleus, sourire ultra bright, bref le type même du surfeur cool et sympa. Je me dis chouette. "Salut, moi c'est Steven. Tu devrais venir danser avec moi". Tentant en effet. Et soudain : "J'ai 17 ans, je m'éclate trop ici ! Vous avez de la chance de vivre ici les parisiens !" Tu m'étonnes ! Je me suis vite éclipsée avant que papy derrière se dise que pour lui aussi que c'est le moment de passer à l'action...

 

A la salle de sport ? Non plus. Depuis 6 mois que je suis inscrite, j'ai remarqué qu'il y avait trois types de spécimens. Ceux qui ne draguent pas parce qu'ils ne sont visiblement pas au courant que des individus de sexe féminin s'agitent à côté d'eux. Ceux qui viennent dans l'optique de draguer, mais plus tard. Pour l'heure ils suent sang et eau avec l'espoir d'être bientôt plus séduisant, pas la peine de se fatiguer donc, ils font semblant de ne pas nous voir. Et puis il y a ceux qui ne nous voient pas non plus parce que trop occupés à aligner les rondelles de fonte sur la barre d'altère et à admirer leur reflet dans le miroir. Alors imaginer se faire draguer...

 

Dans les mariages ? C'est le meilleur endroit pour faire des rencontres, on m'a dit. Je veux bien croire que c'est vrai... mais pour les autres apparemment. Il y a quelques mois, une amie a dit oui à son chéri. Tout le monde ou presque est venu avec sa moitié, sauf les quelques privilégiés qui marchent seuls (comme chantait Jean-Jacques...). Bien sûr y avait trois fois plus de filles que de garçons et si un couple s'est formé ce jour-là, je n'en suis pas l'heureuse moitié.

 

Au bureau ? C'est un principe, on mélange pas le boulot et le perso, mais vu le temps qu'on passe au bureau, il serait normal que des affinités se développent. Pas dans ma boîte faut croire. Ceux sur lesquels on se retourne sont bien sûr mariés, les autres sont clairement hord d'âge. Ceux qui restent, ben on se retourne pas dessus...

 

Sur les sites de rencontres ? C'est un peu le concept. On est là pour pécho. J'ai voulu tester pour voir. Résultat des courses : échec sur toute la ligne. Après le mec qui t'envoie son CV sentimental en espérant que son profil retienne ton attention pour le poste de prince charmant, tu te fais brancher par le malade qui t'explique que son délir c'est de se pointer chez toi au milieu de la nuit pour se glisser sous la couette d'une inconnue. Comment dire...C'est moi qui suis pas assez ouvert d'esprit ou bien ?

 

Ce qui est sûr c'est que se faire draguer est presque une expérience qui relève de la science-fiction. Ou alors c'est le temps. Il fait trop froid. Dans ce cas, vivement le printemps, et l'ouverture officielle de la chasse que les mecs retrouvent leurs moyens !

Commenter cet article

ally 13/02/2012 21:02

Je suis dans l'ensemble plutôt d'accord avec toi. Après, c'est aussi un état d'esprit, quand on cherche trop on ne se fait pas draguer. Et quand on s'en fou, çà vient... Si si, je t'assure ! Mais
je n'ai qu'une chose à répondre à tout cela, et si c'était pour une fois la fille qui faisait le premier pas ? ;)

Lucifer à Paris 14/02/2012 11:18



Tu me connais assez pour savoir que je ne cherche pas ! Dois y avoir un immense panneau "S'EN FOUT DEGAGE !!" collé sur mon front ;-)